Guadeloupe

Commentaires Articles

Prochains événements

Recherche

Accueil Guadeloupe

La Guadeloupe, Déesse aux Belles Eaux

C'est le 03 Novembre 1493 que Christophe COLOMB arbore La Guadeloupe, puis ses dépendances La Désirade, Marie-Galante, Les Saintes le 04 Novembre 1493.

Autrefois appelée "Île aux belles eaux" ou "Karukéra" par les Amérindiens Caraïbes, aujourd'hui elle tient son nom de la vierge "Santa Maria de Guadeloupe Estremadura".


Au XVIe siècle, après plusieurs tentatives, des étrangers débarquent en Guadeloupe pour la coloniser, mais aussitôt ils furent chassés ou décimés par les indigènes qui l'habite.

La "Compagnie des Îles d'Amérique" est alors fondée par Pierre Belain d'Esnambuc et l'Anglais Sir Warner pour réglementer la possession des îles par les nations.

Le 28 Juin 1635, c'est le début de la colonisation par les français qui débarquent à Pointe Allègre dans la commune de Sainte-Rose sous l'impulsion du Cardinal RICHELIEU.

En 1636, une guerre sans pitié éclate entre les Européens et les Caraïbes appelés "les sauvages" qui refusent "l'éducation" imposée par les colonisateurs. Certains Caraïbes s'enfuirent à la Dominique et les Amérindiens trouvent refuge au Nord et à l'Est de la Grande-Terre jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Gouverneur de la Guadeloupe depuis 1643, Charles HOUËL rachète la Guadeloupe et ses dépendances le 04 Septembre 1649 à la "Compagnie des Îles d'Amérique" et fût nommé Marquis de Guadeloupe par Louis XIV.

 

Ainsi, arrivent les premiers esclaves africains en 1644 afin de répondre à un besoin important de main-d'oeuvre pour développer la culture de la canne à sucre.

La Musique

"La musique adoucit les moeurs" dit-on. Ici, c'est un art qui tient une place prépondérante dans les réceptions familiales et les festivités. Divers genres musicaux et influences caribéennes   sont reconnus en Guadeloupe tels que le Quadrille, la Biguine, le Reggae, le Compas haïtien et la Salsa. Malgré tout à la mode à l'époque, on peut mentionner le Calypso via le Cadence-lypso dominicais, le Funk américain ou encore le Soukouss africain. Des plus traditionnelles aux plus modernes, ce sont le Gwo-Ka et le Zouk qui font l'âme de l'île.

Durant l'esclavage, le Gwo-Ka était un moyen d'expression et de communication. Un air porteur de la voix et de la révolte des esclaves. L'instrument utilisé est un tambour en forme de cylindre, fabriqué à partir d'un 1/4 de tonneau à salaison d'où son nom créole le "Ka" et de la peau tendue du cabrit.

La Tradition

De Janvier à Décembre les Fêtes religieuses telles que le Carnaval, la Pentecôte, Pâques, la Toussaint et Noël sont les rendez-vous phares de l'année, ponctués par des manifestations culturelles incontournables comme la Fête des cuisinières qui célébrent leur patron Saint-Laurent.

Les défilés du Carnaval déclenchent la ferveur populaire dans le pays durant presque deux mois.

En ville comme à la campagne, les préparatifs vont bon train de la confection des costumes, de la fabrication des chares à la mise en place des chorégraphies sur des rythmes endiablés.

De plus, les masques les plus effrayants tournés en dérision déboulent dans les rues :

Mass' a goudron, Mass'a Kòn, Mass' Gwo-siwo, Mass' a Kongo, Mass' a fwèt, Mass' a lanmò ...

OPB_Carnaval_2011Origine Italie : "Carnelevare" signifie Enlever la viande, célébré par les catholiques italiens avant le Carême.

Date : Janvier (Ben démaré an Pijama) à Février (Brilé Vaval en Noir & Blanc).

Instruments : Konk'a lanbi. Chacha. Tambour-chant. Basse. Contre-basse ...
Musique : Groupe à peau. Groupe à caisse claire. Groupe avec synthétiseur.

Parades : Les Abymes. Basse-Terre. Pointe-à-Pitre. Nocturne à Saint-François. Le Moule ...

A faire : Beignets du Mardi gras. Bokit.

Entre joie et tristesse, cet évènement se termine en apothéose le Mercredi des Cendres, jour de l'incinération du "Roi Vaval" pour laisser place aux 40 jours d'abstinence du Carême.

 

En effet, une vie spirituelle qui tient une place importante liée aux us et coutumes antillaises entourant la religion. On retrouve principalement le catholicisme, le christianisme, l'hindouisme et le rastafarisme.

Après cette période de jeûne entrecoupée de la mi-carême, arrive le week-end de Pâques où le crabe est mis à l'honneur dans les campings à la plage ou à la rivière. OPB_Dombres_crabes

En Novembre, la Toussaint qui est un moment de recueillement dans les cimetières illuminés et fleuris pour l'occasion, rassemble les familles auprès des sépultures de leurs chers disparus.

A Noël, les pois de bois, le riz, le cochon, le boudin, le shrub, le sirop de groseille ... rien n'est laissé au hasard pour un copieux repas traditionnel.

Le "Noël Kakadò" de Vieux-habitants et les chanté-nwèl deviennent alors un exutoire où chacun, cantique en main, chantonent en français ou en créole.


Un créole considéré autrefois comme un patois et un "français corrompu" qui a longtemps alimenté les débats quant à sa provenance. Pour certains, il s'agit d'un mélange de langues africaines arrivées dans les colonies françaises au temps de l'esclavage pour communiquer dans les plantations, pour d'autres le créole est une variante des expressions caribéennes, européennes et de dialectes d'une île à l'autre.

Il n'existe ni lettres muettes, ni mots féminins et masculins. Par conséquent, toutes les lettres se prononcent ce qui permet une lecture très fluide. Il se conjugue à tous les temps avec quelques particularités et des faux-amis comme dans toutes les langues.

Ethymologie : Portuguais : "Criado" Serviteur. Espagnol : "Criollo". Français : "Créole".

Journée internationale  : 28 Octobre.

Etant reconnu comme une langue régionale, le CAPES Langues et Cultures régionales option Créole fut créé en 2001. www.montraykreyol.org

 

OPB_Boeufs-TirantsUne façon de s'exprimer - fruit d'un métissage unique, DST_Brumier_Louis Tenancier gallodrome Sainte-Rose

voir un état d'esprit que l'on retrouve même dans les blagues et les jeux d'antan encore au goût du jour citons

les compétitions de boeufs-tirants et les combats de coqs dans les gallodromes. Discipline récemment menaçée d'interdiction par loi, mais maintenue dans la tradition des Pitt-à-Coqs.

 

Autres jeux : Pichin'. Grèn-dé. Jé a woulèt (Pneu-bâton). I ka-Ipaka. Jèspòm. Cerf-volant. Domino. Belote. Voile traditionnelle .

 

En guise de conclusion, il convient de constater que le folklore guadeloupéen est omniprésent et omnipotent grâce à sa diversité ethnique et culturelle. Une chaleur estival qui ne décourage pas les plus téméraires car tout est prétexte à faire la fête sur l'île ... il se passe toujours quelque chose quelque part. Soyez à l'affût des bons plans, du bouche à oreille pas forcément sur les réseaux sociaux, et consultez de temps à autre notre agenda On Pyé Bwa.

 

Comme disait Platon : "Si on veut connaître un peuple, il faut écouter sa musique".